Petit joint, grande responsabilité

Petit joint, grande responsabilité

Petit joint, grande responsabilité

Le Common Rail, dans la technologie des moteurs diesel, représente un défi pour assurer l'Etanchéité. A la différence des pompes radiales de distribution à piston, la pompe haute pression de ce système ne fournit pas directement le carburant dans les cylindres. Cette pompe alimente directement les « rails » indépendamment du nombre de révolution ou de la quantité à injecter. Le rail est un accumulateur haute pression qui alimente les injecteurs de tous les cylindres en carburant par l’intermédiaire de courtes pipes. La pression, pouvant atteindre 160 Mpa (1600 bar), assure l’alimentation du carburant dans les injecteurs qui commandent électroniquement la quantité de carburant et le temps d’injection par l’intermédiaire des valves solénoïde.

Ces injecteurs sont des composants haute technologie constitués d’une valve solénoïde et d’un compresseur hydraulique nécessaire pour l’ouverture rapide de l’aiguille du gicleur, et qui ne peuvent être activés directement par la valve. Un joint de petite dimension, situé entre la valve et le logement d’injection, a demandé un grand savoir-faire pour répondre à ce challenge. Un moteur de quatre cylindres Common Rail fonctionne à 2880 tours minute, le carburant comprime douze fois par seconde le joint contre une bague qui empêche son extrusion. Le cycle complet se fait à une pression de 160 Mpa ( 1600 bar). Ces petits joints contribuent considérablement à la fiabilité des injecteurs du Common Rail. Les joints sont produits à partir d’un PTFE chargé bronze, possédant une certaine élasticité.

Récemment un fabricant automobile a produit son 10 millionième système d’injection Common Rail. Chaque jour, Busak+Shamban fournit 40 000 joints de haute technologie en série. Il va s’en dire que ce joint rempli parfaitement sa fonction, ainsi que les critères pour l’assemblage en automatique.

Les systèmes d’injection diesel Common Rail sont sur le marché depuis 7 années seulement et 10 millions de systèmes ont déjà été produits.

Pendant les 80 dernières années, les services Recherche & Développement de la technologie injection diesel ont travaillé avec différentes industries qui ont contribué à son développement. Cependant, c’est seulement depuis 6 ou 7 ans que les meilleures idées ont été lancées. La technologie offre toujours un énorme potentiel, malgré un mouvement significatif vers l’acceptation du diesel, favorisée en partie par l’introduction d’un système pour brûler les particules sur les véhicules haut gamme utilisant la technologie Common rail. En Allemagne par exemple, les émissions de NOX et HC ont été diminuées, en deux ans, de 91 à 95% par rapport à 1990, mesurés selon la norme EU-4. De plus, ces moteurs possédant un auto allumage ont un couple plus élevé avec un régime moteur inférieur comparés aux moteurs essence. Le couple étant suffisamment haut pour exiger le contrôle électronique de l’augmentation de la vitesse, afin d’éviter d’endommager la boite de vitesse. Bientôt il y aura des voitures de sport avec des moteurs diesel sur le marché, pas nécessairement fabriquées au Japon ou aux Etats-Unis, où la majorité des conducteurs pensent que les moteurs diesel sont uniquement réservés aux véhicules utilitaires. Les Européens sont probablement plus aptes à accepter des voitures de sport avec des moteurs diesel beaucoup plus économiques.